Bilan des ECNi blanches

Note aux étudiants de DFASM3 ayant passé ces épreuves blanches, vous trouverez ici un formulaire de débriefing à remplir pour que l’ANEMF puisse recenser l’ensemble des problèmes ayant pu être rencontrés durant cette session et les faire remonter au CNG et aux ministère afin de pouvoir obtenir un correctif pour les épreuves du mois de mars 2016.

Jour 1 : épreuve des dossiers cliniques progressifs

Le premier jour était dédié à l’épreuve des DCP (dossiers cliniques progressifs).

Pour rappel, cet épreuve consiste en 18 DCP qui comportant chacun une quinzaine de questions type QCM à cinq choix. Chaque DCP vaudra autant de points que les autres et l’ensemble des DCP compteront comme 70% de la note finale de l’ECNi.

Le chargement de l’épreuve a été correctement effectué sur les tablettes. Cependant, une fois que les étudiants ont commencé l’épreuve, les serveurs se sont rapidement retrouvés surchargés, rendant la composition de l’épreuve impossible (déconnexions, trop grande lenteur de la plateforme, etc…). L’épreuve a donc été suspendue et les étudiants devaient rester sur les lieux d’épreuve afin qu’une solution soit trouvée pour permettre la réalisation de l’examen. Néanmoins, un problème de communication a eu lieu au même moment, ce qui a rendu impossible la communication entre les différents responsables de centre d’examen et donc rendant plus difficile la recherche coordonnée d’une solution. Le support technique du CNG (Centre Nationale de Gestion, c’est-à-dire la structure gérant l’organisation des ECNi) a tenté d’augmenter la puissance des serveurs de suite, sans succès. L’épreuve a donc finalement été annulée et le CNG a assuré qu’il travaillerait toute la nuit pour améliorer la puissance afin de rendre possible la réalisation des autres épreuves blanches de la semaine.

Jour 2 : épreuve des questions isolées

Le deuxième jour était donc dédié aux QI (Questions Isolées).

Cette épreuve consiste en 120 QI pouvant être des QCM (Questions à Choix Multiples) ou des QRU (Questions à Réponse Unique). Cette épreuve compte pour 20% de la note finale.

La puissance des serveurs a donc été augmentée durant la nuit et était assez grande pour assurer les 9000 connexions. Cependant, un souci de surcharge de mémoire vive a rapidement été rencontré et a aussi entraîné l’annulation de l’épreuve.

Jour 3 : épreuve de LCA (Lecture Critique d’Article)

Le troisième jour s’est soldé par la dernière épreuve blanche, à savoir la LCA.

Pour expliquer rapidement aussi : deux articles comprenant un article à orientation clinique et un autre à orientation physiopathologique seront à étudierpour cette épreuve. Chaque article vaudra autant de point que l’autre, ils se composeront de 15 questions progressives et compteront comme 10% de la note finale. La LCA se fera de manière informatique à travers un module numérique spécifique.

Cette fois-ci, l’épreuve a pu se dérouler dans sa totalité et n’a pas été annulée. Cependant, deux problèmes : premièrement il y a eu un taux d’absentéisme assez important sur cette épreuve suite à l’annulation des deux premières épreuves blanches (ce taux variait de 10 à 65% entre les différentes facs – à Strasbourg, celui-ci s’élevait à 50%) : ceci implique que cette épreuve n’était pas représentative de la vraie épreuve qui se fera aux ECNi de juin, car le nombre de connexions était très largement inférieur au nombre réel d’étudiants passant les ECNi. Ensuite, bien que l’épreuve ait été maintenue, les étudiants n’ont pas pu composer la LCA dans les meilleures conditions : déconnexions intempestives, surlignage qui se supprimait, tableaux tronqués, etc…

Une deuxième épreuve a été organisée in extremis dans la journée. Celle-ci était une nouvelle épreuve de DCP pour la re-tester après les modifications apportés depuis le début de la semaine. Celle-ci s’est déroulée sans encombre sans souci technique cette fois-ci.

Cependant, le nombre de connexions est estimé à 3500 au lieu des 9000 du début de semaine, ce qui ne rend pas ce résultat satisfaisant en terme de test de la plateforme, qui aurait pu peut être quand même dysfonctionner si le nombre de connexion avait été plus élevé.

La fin de la semaine est théoriquement réservée en cas de soucis techniques rencontrés lors des épreuves du début de celle-ci. Cependant, les épreuves annulées (mis à part l’épreuve de DCP) n’ont pas été rattrapées à cette occasion là.

Quelles sont les conclusions de cette semaine ?

Il y a donc eu quatre épreuves blanches pendant la semaine : deux de DCP, une de QI et une de LCA.

La première épreuve de DCP et l’épreuve de QI ont été annulés, globalement pour des causes de surcharges de la plateforme d’examen.

L’épreuve de LCA n’a pas été annulée mais était victime de plusieurs soucis techniques rendant sa réalisation difficile. De plus, le nombre de connexions à cette épreuve était largement inférieur au nombre de connexions sur les deux premières épreuves.

La deuxième épreuve de DCP s’est bien déroulée, mais avec un nombre de connexions à peine un peu plus élevé que le tiers du nombre d’étudiants en D4.

Et sinon ?

Cette situation est inacceptable pour les étudiants qui passeront le vrai concours des ECNi dans seulement 6 mois et demi. La plateforme aurait du être totalement fonctionnelle malgré le grand nombre de connexions pendant les épreuves (ce nombre étant connu du CNG). De plus, des mesures plus amples d’amélioration de la puissance des serveurs auraient dues être prises par le centre de gestion après l’échec de l’épreuve blanche inter-régionale Rhône-Alpes-Auvergne de novembre, qui s’est mal déroulée pour des causes de puissance des serveurs également.

Ce fiasco incrimine le CNG et les ministères de tutelle et pointe du doigt la nécessité de lever des fonds pour que les ECNi de juin ne se déroulent pas dans les mêmes conditions.

Et maintenant ?

L’ANEMF (Association Nationale des Etudiants en Médecine de France) a sorti un communiqué de presse dévoilant l’indignation que ces épreuves blanches a suscité chez les étudiants. Afin de porter au mieux la voix de ceux-ci, un rendez-vous est demandé avec les ministères de tutelle de l’association (à savoir le ministère de la santé, ainsi que celui de l’enseignement supérieur) et le CNG pour demander une levée de fond d’urgence afin de renforcer le support technique du CNG : il est de leur devoir que les ECNi se déroulent dans les meilleures conditions qui soient pour les étudiants ! Ce rendez-vous sera aussi l’occasion de faire remonter les difficultés techniques et d’insister sur le mécontentement général faisant suite à cet échec qui est inadmissible, et de soumettre aux structures organisatrices des demandes spécifiques de la promotion de D4 comme l’accès aux sujets et aux corrigés des épreuves ayant été annulées et des tests faits par les promotions inférieures et non pas seulement que par les D4.

 

Je vous tiendrai au courant dès que possible dans le cas où des informations en rapport avec ce sujet sont communiquées. Je reste en attendant à votre écoute pour vos remarques et vos interrogations à l’adresse vpanemf@aaems.org !

Votre VP ANEMF