Quoi de neuf ?

 

AG anemf

 

Sur cette page vous seront présentées les nouveautés, dernières avancées et points chauds des dossiers importants que suit l’ANEMF. Elle sera actualisée régulièrement afin de vous permettre de suivre tous ces points concernant nos études et notre future profession.

 

  • ECNi

Depuis le début du projet ECNi jusqu’aux derniers mois, quelques péripéties ont agité l’idée d’ajouter des QROC (questions à réponse ouverte courte) à ces ECNi. La position présentée par la conférence des doyens suivait jusqu’alors le conseil scientifique qui souhaitait les voir réapparaître aux ECNi 2018. Après discussion, un certain nombre de doyens ne se sentent pas prêts à mettre en oeuvre les QROC en examen facultaire pour préparer les étudiants à temps avant les ECNi.Ils se sont positionnés contre la mise en place des QROC avant qu’une méthode informatique soit prouvée comme efficiente et les doyens prêts à entraîner leurs étudiants.
La priorité est donnée pour les Tests à Concordance de Scripts (TCS). La probabilité de voir les QROC arriver prochainement est donc compromise.
Les TCS sont promues comme une façon d’évaluer le raisonnement clinique de l’étudiant qui le réalise et notamment sa capacité à prendre des décisions pertinentes dans des cas complexes, ou en situations “d’incertitude », en le confrontant aux avis d’un panel d’experts. Ils ont comme avantage, par rapport aux méthodes d’évaluation classiques (plus ciblées vers le contrôle des connaissances), d’être plus proches de la pratique réelle des professionnels. Ils apparaîtront avant 2021.

 

  • PACES

La volonté des ministères et des doyens est de supprimer à terme une PACES de plus en plus critiquée par son manque de pédagogie et le gâchis humain qu’elle provoque.

Depuis 2014/2015 des “expérimentations PACES” ont été lancées dans diverses facultés en France, y compris Strasbourg. Ici, il s’agit d’une passerelle donnant l’opportunité à des étudiants en licences de Science et Vie d’intégrer la DGFSM2 de médecine (une maximum de 15 places), ou à des étudiants de la faculté de chimie d’intégrer la 2ème année de pharmacie (30 places).

Des formes différentes d’expérimentation ont été lancées ailleurs, différent de la PACES qu’on connait actuellement. Pour plus d’infomration je vous conseille de visiter le site de la faculté de Médecine d’Angers.

 

  • Indépendance de la formation des étudiants en médecine vis-à-vis des firmes pharmaceutiques

Ces dernières années, un motif croissant de préoccupation a attiré l’attention sur les relations entre les professionnels de santé et l’industrie pharmaceutique – en particulier l’influence de l’industrie sur la prescription et la délivrance des médicaments, au moyen d’une gamme de moyens publicitaires susceptibles d’influer sur les choix thérapeutiques.
Cette influence peut conduire à choisir un traitement qui n’est pas optimal, parfois au détriment de la santé du patient.
Les firmes pharmaceutiques sont très présentes dans le paysage de la formation des étudiants en médecine.

Le classement des facs a été réalisé pour la première fois aux USA par l’AMSA (American Medical Students Association) en 2007, avec beaucoup de mauvaises notes et montre 10 ans plus tard des évolutions. 10 ans plus tard, l’article du classement des facs intitulé « Conflict of Interest Policies at French Medical Schools : Starting from the Bottom » est publié, vous pouvez retrouver sa retranscription sur le site fait par le Formindep à l’occasion.
Elle classe les facultés françaises selon les mesures mises en place afin de préserver l’indépendance de la formation dans les différentes UFR. La totalité les facultés ont reçus des résultats très médiocres (y compris Strasbourg), déclenchant une vaste remise en cause de ces liens parfois trop étroits qu’entretiennent les UFR et les firmes, soutenu par une vague médiatique.

Aujourd’hui, les doyens ont été incités à répondre à la nouvelle edition du test (la majorité n’ayant pas répondu au premier).

Pour le bien de patients, l’objectivité de notre formation et préserver notre impartialité, il faut limiter les débordement commerciaux de l’industrie pharmaceutique, jusqu’à ce que nous ayons acquis l’esprit critique et les connaissances nécessaires à une prise en charge, dont le seul but est le bénéfice du patient.

 

  • Réforme du 3ème cycle

Pour ceux qui sont un peu perdus dans cette nouvelle réforme de l’internat, voici une fiche écrite par l’ANEMF, qui en explique synthétiquement l’aboutissement.
Bonne lecture !

 

  • Harmonisation des temps de stage

Il existe 2 modèles de temps de stage : le temps plein (période de stages qui durent toute la journée avec des périodes de cours sans stages) et le temps partiel (stage le matin et cours l’après-midi). Le choix du modèle est laissé à la discrétion de chacune des facultés, selon leur capacité de formation.

L’ANEMF s’est positionnée en faveur du temps plein, qui présente des meilleures aspects pédagogiques (meilleure intégration dans l’équipe médicale, plus de gestes effectués…), mais qui selon les grilles, rend les ECNi inégaux face au temps de révision. Pour améliorer l’égalité du temps de révision pour le concours, un vote en conférence des doyens pour une harmonisation du temps de révision va permettre une libération de stage à partir du 30 avril.

 

Si tu souhaites avoir plus d’infos sur les retours des congrès de l’ANEMF, fais un tour sur la partie du site dédiée : Flashback : le magazine des congrès !

Pour toute question, le pôle Reprez’ t’invite à visiter le site de l’ANEMF ou à écrire à l’adresse vpanemf@aaems.org, nous vous répondrons avec plaisir ! Aucune question n’est idiote ou inutiles et c’est notre mission de vous répondre !