Amicale délocalisée, Étudiants sacrifiés !

 

L’Association Amicale des Etudiants en Médecine Strasbourg (AAEMS), fête son 93ème anniversaire cette année. Depuis sa création en 1925, son engagement s’est toujours porté auprès des étudiants de la Faculté de Médecine pour leur assurer des services de qualité, et ce, dans le but d’améliorer et de faciliter leur vie étudiante.

Défendre leurs intérêts et promouvoir la solidarité et la fraternité propre aux étudiants en médecine a toujours été une des valeurs de l’amicale.

 

 

L’amicale occupe depuis maintenant presque 50 ans le rez-de-chaussée du bâtiment d’hygiène, gracieusement mis à disposition jusqu’alors par l’université. Ces locaux, situés au coeur de l’hôpital civil, ont permis à l’amicale de s’implanter et de croître pour devenir l’association qu’elle est aujourd’hui. Forte de ses 45 bénévoles et 9 salariés, elle accueille jusqu’à 400 étudiants par jour pour leur fournir tous les supports de cours dont ils ont besoin ainsi que leur proposer 2 services de restauration.

 

C’est avec la plus grande surprise que nous avons appris, en juin 2018, que nos locaux allaient être délocalisés. Cette annonce traduit un cruel manque de transparence de la part de la Direction du Patrimoine Immobilier (DPI) de l’université. La DPI, dirigée par M.Yves Larmet, est l’instance universitaire en charge de la gestion des locaux de l’ensemble de l’université. Nous aurions souhaité que cette dernière vienne nous contacter directement afin de discuter de notre situation et de l’avenir du bâtiment hygiène.

 

Nous avons donc pris plusieurs rendez-vous avec M. Larmet. Il en est ressorti différentes problématiques. En effet, il avance le fait que le bâtiment d’hygiène ne soit pas aux normes et non accessible aux personnes à mobilités réduites, ce qui selon lui fait, que l’amicale ne peut plus occuper ces locaux et doit partir au bâtiment 3 de la Faculté de Médecine. Par ailleurs, M. Larmet souhaite faire des travaux afin de louer les espaces du bâtiment d’hygiène à des entreprises.

 

Nous lui avons proposé de remettre le bâtiment d’hygiène aux normes et d’y ajouter un accès aux personnes à mobilités réduites afin qu’il puisse réhabiliter les étages supérieurs pour y installer des entreprises comme il le souhaitait et qu’en contrepartie nous pourrions rester dans le bâtiment.

 

Cependant il reste sur sa position initiale, et nous a clairement annoncé qu’avant août/septembre 2019 nous devrions être délocalisés dans le bâtiment 3 de la Faculté de Médecine. Cette délocalisation pose plusieurs problèmes :

 

  • Le bâtiment n’est pas en capacité d’accueillir la structure et ses services (imprimerie/reprographie), ce qui implique une perte des polycopiés pour les PACES, une perte des ronéos pour les P2, D1, une perte de tout autre service nécessitant une impression. La perte de l’activité liée à notre imprimerie impacterait directement les autres services que nous proposons et la vie étudiante de manière générale.
  • Le bâtiment 3 risque d’être détruit dans un futur plus ou moins proche.

La délocalisation dans le bâtiment 3 n’est donc pas d’une solution pérenne pour nous !

 

Dans l’optique d’ouvrir le dialogue et de construire une solution pérenne, nous avons pris contact et cherché différents soutiens. Ce faisant, nous nous sommes rendus compte que cette problématique n’était pas connu par les instances de l’université. Ces éléments démontrent une fois de plus que la DPI joue un double jeu et prend toutes les décisions seule, cette situation ne peut plus durer !  

 

Vous l’aurez compris l’avenir de l’association est en jeu. Nous avons besoin de vous !

 

Cet article n’est que le premier d’une longue série, s’en suivra sans doute d’importantes mais nécessaires mobilisations étudiantes sur le campus de médecine. Restez informé via notre site facebook.

 

Nous tenons à remercier la Faculté de Médecine et en particulier M. le Doyen Jean SIBILIA, pour tout le soutien accordé face à cette problématique.